R1 TEAM

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Histoire d'une marque et d'un modèle

 

L'histoire de Yamaha est liée à celle d'un homme, Genichi Kawakami. Devenu le plus grand fabriquant au monde de pianos et le deuxième de moto, Genichi s'est éteint le 25 mai 2002 à l'age de 90 ans.

Genichi Kawakami termine ses études de commerce en 1934. Rapidement, il entre dans l'entreprise que dirige son père, Kaichi Kawakami, qui fabrique des instruments de musique:

Pendant la guerre, de part l'expérience du travail du bois, l'usine fabrique des hélices d'avion en bois, puis en métal. lorsqu'en 1950, Genichi accède à la présidence de l'entreprise, il la développe et en fait le plus gros fabriquant de pianos au monde. Mais il pense qu'il est nécessaire de diversifier les activités. Des recherches sont effectuées afin d'employer les machines qui servaient à faire des hélices. Plusieurs voyages de prospection aux USA décident Genichi de se lancer dans la fabrication de motocyclettes. Encore un voyage en Allemagne et un prototype est élaboré.

C'est en août 1954, après 10 mois de travail, que la Yamaha YA-1 est présentée. C'est une moto de route avec un moteur deux temps monocylindre de 125 cm3 de cylindrée. Simple et robuste, elle subit une série de tests d'endurance de 10'000 km. Début 1955, une usine est construite et la production commence.

Le 1er juillet 1955, Kawakami devient directeur général de Yamaha Motor Corporation. Le logo est composé de trois diapasons, pour rappeler que Yamaha est d'abord un fabricant d'instruments de musique. D'ailleurs, en 1966, il fonde la Yamaha Music Foundation pour la promotion de la musique. Il crée des écoles et des concours de musique.

En 1964, Yamaha décroche également son premier titre de champion du monde de vitesse moto.

A la fin des années 60, Yamaha sort la moto qui va révolutionner le monde et va devenir un énorme succès, la DT-1 Enduro. Ce monocylindre deux temps de 250 cm3 est la première véritable moto qui permet de sortir des sentiers battus. Celle-ci asseye définitivement la notoriété de la marque à travers le monde.

Notons la XS-1 650 cm3 en 1970, première 4 temps de la marque, bi-cylindres avec arbre à cames en tête. La YZ de 1975, avec sa suspension arrière à amortisseur unique, marque une nouvelle étape de taille dans l'évolution des deux roues, spécialement dans le monde du motocross.

Par la suite Yamaha continue son expansion et sa diversification: moteurs et véhicules nautiques, motos-neige, génératrices électriques, voitures de golf (à gaz et électriques), karts de compétition, scooters, ATV (3 roues), Quads (4 roues), casques...

Genichi avait plusieurs principes, lorsqu'il entreprenait une tâche, il disait: "si vous allez faire quelque chose, soyez le meilleur". Mais il avait toujours en tête l'honnêteté envers les clients. Ses motos sont solides et endurantes. En achetant une moto Yamaha, on peut faire confiance à la marque. Yamaha est devenu le deuxième producteur mondial de motos, derrière Honda, en vendant plus de 20 millions de motos en 1/4 de siècle.

Histoire de R1 (Traduction Fan2R1)


Tout est parti d’une feuille blanche et d’une réunion non-officielle dans un paddock du circuit Killartney près de Capetown en Afrique du Sud. Le gratin des journalistes moto était réuni pour tester la dernière YZF 1000 R Thunderace.

Alors que les médias étaient focalisés sur cette nouvelle sportive de chez Yamaha sous ce climat torride Sud-Africain, profitant de l’atmosphère détendue, un groupe d’importants ingénieurs Japonais de chez Yamaha saisirent l’opportunité de pouvoir échanger de nouvelles idées avec les responsables Européens chargés de définir auprès de la marque l’attente en matière de produits des clients potentiels Occidentaux.

Kunihiko Miwa, l’homme à l’origine des séries-R, venait juste d’être promu responsable de projet d’une « nouvelle machine hypersport ». Mario Inumaru, le grand responsable de la production et responsable pour tout le marché Européen, privilégia l’idée d’une machine totalement radicale. Sa vision était de rajeunir toute la classe supersport.

Les ventes de machines tournées vers la vitesse avait chuté dans le milieu des années 90, mais l’Europe restait malgré tout un très bon support de vraies sportives. Les responsables du bureau de Yamaha Motor Europe à Amsterdam y croyaient aussi, et furent plus qu’heureux de trouver au Japon une équipe d’ingénieurs qui adhéraient à leurs idées.

Pas de Compromis.


Ainsi, pendant que tous ces journalistes, à l’extérieur, étaient en train de tester la Thunderace, le petit groupe d’ingénieurs et de responsables du développement, dans le paddock juste à côté, étaient déjà en train d’imaginer le futur, un concept des plus révolutionnaires !

M. Miwa disait aux responsables qu’il a déjà commencé à dessiner un tout nouveau moteur 4 cylindres, et qu’il voulait l’assembler à un châssis dans le but d’en faire la machine la plus légère et la plus compacte dans cette catégorie. Il pris son crayon et gribouilla son idée technique de base sur un morceau de papier. Les responsables du développement le regardèrent. Quelqu’un pris un stylo et inscrivit à côté : « Pas de Compromis ». Ceci devint alors la direction principale pour tout le développement de la R1.

Miwa-san senti tout le poids de ce qu’on allait lui demander quand ils couchèrent les caractéristiques de base sur le papier : 150 chevaux, moins de 180 kg et avec ça, une maniabilité d’une machine de 600 cm3.

Nouvelles caractéristiques toujours en vigueur aujourd’hui.


M.Miwa et son équipe travaillèrent dur pendant presque 1 an. A peine le temps pour un sushi et un verre de saké. (Pour ceux qui ne sont pas familier avec la cuisine Japonaise, il s’agit de poisson cru et d’alcool de riz).

Les caractéristiques de base définies par les ingénieurs sont toujours d’actualité et font toujours référence pour juger toutes les machines hypersports :

-          Moteur 4 cylindres ultra compact

-          Châssis Deltabox II avec le bloc moteur participant à la rigidité et à la légèreté de l’ensemble.

-          Bras oscillant surdimensionné mais à empattement très court pour une maniabilité et une stabilité optimales.

-          Position de conduite au centre de la moto pour une meilleure répartition des masses.

Des détails soigneusement étudiés.


Jamais une machine produite en grande série comme la R1 fit l’objet de tant d’attention pour chacun de ses détails, et M. Miwa fut bientôt appelé M. « Pas de Compromis ».

Voici simplement quelques exemples de sa recherche de la perfection : afin de donner un guidage plus direct au levier de la boîte de vitesses de sa R1, un percement fut réalisé dans la section du cadre juste au-dessus de l’axe de pivot du bras oscillant. Cette solution innovante apporta un bien meilleur feeling.

Les guidons sont en aluminium massif, et sont presque de moitié plus légers que leurs homologues soudés.

Ce sont juste deux exemples qui démontrent toute l’attention de Yamaha pour des détails qui font de la R1 la machine la plus aboutie sur le marché aujourd’hui.

 

Forum news !


alea1.jpg